Révolutionnez votre Montage Vidéo grâce à cette Méthode!

Je vais vous présenter aujourd’hui la méthode qui est utilisée en post production dans l’industrie cinématographiques. Cette méthode va vous permettre de gagner un temps considérable sur votre logiciel de montage vidéo et vous permettre de bien comprendre le rôle d’un monteur vidéo. C’est parti.

Voir la version vidéo de l'article

Quel est le meilleur logiciel de montage vidéo gratuit ?

Alors pour celles et ceux qui se demandent encore quel logiciel de montage vidéo choisir, je vais tout de suite briser le suspens: c’est sans aucun doute DaVinci Resolve. La version qui est présentée dans ce tutoriel vidéo est la version studio, qui est payante, mais vous pourrez réaliser toutes les étapes sans problème avec la version gratuite du logiciel. D’ailleurs, de nombreux monteurs vidéos commencent avec la version gratuite, alors pourquoi s’en priver 😉

Comment faire un bon montage vidéo

Je vais partir d’un cas concret. Le documentaire que j’ai réalisé il y a quelques mois pour le festival One Day Doc, Résilience. J’ai rédigé un article qui parle de la manière dont j’ai réalisé ce documentaire, et aujourd’hui on va voir comment on travaille le montage vidéo pour en construire l’histoire.

La première étape c’est d’utiliser toujours le même schéma de dossier. Une sorte de template.

J’importe tous mes rushs dans mon dossier « footage ».

J’importe les musiques que j’ai choisis dans le dossier « musique ».

Le dossier « SFX » concerne tout ce qui est sound design. Pour ce projet il n’y en avait pas tant que ça. J’ai principalement capturé tout le son directement à la caméra avec un micro shotgun.

Le dossier Voix Off est pour la phase d’interview.

Une fois que j’ai ça, j’importe tout dans mon logiciel.

J’utilise aujourd’hui DaVinci Resolve mais vous pouvez très bien utiliser Première Pro, ça n’a aucune importance.

J’importe tous mes dossiers dans le logiciel, je prends mon dossier footage et je le mets directement dans DaVinci, ça me recrée automatiquement le système de dossier.

Éditez votre vidéo à l'aide de séquences

Une fois que j’ai importé mes dossiers, je vais commencer à construire mes séquences et c‘est là où la méthode devient vraiment intéressante.

Je me crée un dossier qui s’appelle _SEQS pour séquence. L’idée c’est que ce dossier se retrouve tout en haut pour pouvoir y accéder rapidement.

Dedans, je vais créer plusieurs choses. « All Footage »: je mets tout. Que ce soit mes parties d’interview et mes B Roll. Je vais avoir une séquence où j’ai littéralement tout. Donc il n’y a rien de classé. Si j’en ai besoin pour x ou y raison j’y ai accès.

Une fois que j’ai importé mes B Roll et ma partie d’interview dans cette séquence, je vais la dupliquer et je vais créer deux sous séquences.

Une séquence d’interview que je vais appeler All Interview. Cette fois, je garde que la partie interview, je supprime la partie B Roll. Je duplique généralement All Interview dans ce que je vais appeler Interview Cut.

C’est dans cette nouvelle séquence appelé Interview Cut que je vais organiser et labéliser chaque étape de l’interview.

Par exemple le personnage principal du documentaire, sur le début de l’interview, parle de sa relation avec le travail. Je vais labelliser d’une certaine couleur cette partie et je fais ça pour chaque étape de la partie interview.

Tout ce qui est répétition, tout ce qui est sans intérêt réel pour la vidéo, je supprime.

À la fin, on obtient ce beau mélange de couleurs et je sais exactement quelle partie de l’interview correspond à quoi.

Une fois que j’ai fait cette première étape de Cut, on arrive sur ce que j’appelle l’Interview Sort ou j’intègre toutes les parties de la séquence Interview Cut qui m’intéressent.

Ça me permet en fait d’avancer étape par étape et c’est quelque chose qui va vraiment grandement vous aider.

En parallèle de l’interview, je crée une séquence qui s’appelle B Roll ou cette fois j’intègre que mes plans d’illustration.

Le concept est exactement le même que pour les plans d’interview.

Je vais ensuite créer des sélects qui vont nous permettre d’être utilisés dans la phase de Rough Cut.

Montez une vidéo en créant des Splines

La prochaine étape, c’est de commencer une séquence qu’on va appeler une Spline. L’idée, c’est de d’y aller par étape. La Spline est vraiment la première séquence de travail et l’idée derrière est de n’utiliser que la voix.

On ne pense pas B-roll, on ne pense pas Sound Design, on ne pense pas musique. On se concentre sur la Voix Off.

Si j’écoute la voix du début à la fin, je veux qu’il y est une histoire qui se raconte.

La phase de Rough Cut

Une fois qu’on a cette base de sélectionnée, on va passer à ce qu’on appelle la séquence en Rough Cut. C’est là que l’on va commencer à penser musique, que l’on va commencer à penser B-roll etc.

On va commencer à « habiller » la vidéo et à lui donner vie.

La manière la plus simple pour moi d’intégrer ces parties d’illustration dans mes parties d’interview, c’est de spliter mes timelines.

J’ai ma timeline de B-roll, et en dessous je prends ma timeline d’interview.

Pour rappel, j’intègre les B-roll uniquement dans la partie Rough Cut, une fois que j’ai fini de construire mon histoire dans la partie Spline.

Je glisse systématiquement mes plans d’illustration qui me semblent pertinents pour l’histoire, dans ma timeline d’interview.

Ça me permet de gagner du temps, et surtout d’avoir vraiment une vision globale de mon histoire, de mes plans d’illustration et de mes plans d’interview.

L’idée est de simplifier au maximum le processus de montage et de diviser les parties de travail pour que si jamais on fait des tests, et que ces tests ne sont pas convaincants, on puisse retourner à une séquence précédente sans pour autant avoir tout détruit.

C’est un bon moyen de pas avoir de stress et de pouvoir tester des choses.

La phase de Fine Cut

La dernière phase, c’est la phase de Fine Cut où l’on va intégrer tout ce qui est recadrage, tout le sound design, le mixage, l’étalonage, etc.

Une fois que j’ai la dernière séquence de Fine Cut, c’est terminé. J’appelle ce dernier Fine Cut, le Master

C’est celui qui va me permettre de générer plusieurs exports en fonction des plateformes. Soit sur YouTube, soit sur Vimeo, soit pour du théâtre ou cinéma, pour la diffusion, grand écran.

Comment debuter dans le montage vidéo ?

Il n’y a pas de mystère. Pour apprendre le montage vidéo, il faut pratiquer. Les logiciels de montage vidéo gratuit vous permettent de tester des choses sans dépenser un centime alors profitez-en. Être monteur vidéo ne se résume pas à savoir enchainer des transitions. Créer un montage vidéo c’est être capable de raconter une histoire et d’en faire ressortir des émotions.